T01E04 - [Worms] kanbo .Vs. Apollo-Soyouz [FANTOME]

    • 09-[Avancé]

    This site uses cookies. By continuing to browse this site, you are agreeing to our Cookie Policy.

    • T01E04 - [Worms] kanbo .Vs. Apollo-Soyouz [FANTOME]



      L’AVÈNEMENT - Chapitre I – Saêna 4


      À ceux qui savent encore le prix du jeu sur cet uni...


      Les représentants des médias lancèrent leurs questions dans une cacophonie assourdissante en espérant obtenir une réponse malgré tout. Le cordon de sécurité céda et les policiers durent repousser les journalistes les plus entreprenants. Saêna entraîna son compagnon hors de la marée humaine et s’engouffra dans une rue voisine avant qu’il ne prenne l’envie à leurs concurrents de l’interroger pour savoir où elle avait obtenu une telle information.

      Bon sang, Saêna, qu’est-ce que tu as encore fait ? se plaignit Stephan.
      Tu me féliciteras plus tard, se borna-t-elle à répondre en sifflant un taxi.
      Comme d’habitude, commenta-t-il.

      Un sourire amusé démentait son ton bougon et moitié réprobateur. Ils travaillaient ensemble depuis plus de six ans. Ils avaient pratiquement fait leurs classes ensemble. Ils se connaissaient par cœur et tout en désapprouvant le côté casse-cou de la jeune femme, Stephan admirait son courage et son audace. Comme toujours, il la couvrirait si cela devait les entraîner dans de sales draps et elle le savait.

      L’ambiance au bureau était électrique, comme chaque fois qu’un attentat ébranlait la ville. Pour autant, passées les frontières d’Oosten District, la cité demeurait plongée dans son train-train habituel, indifférente aux crimes perpétrés si régulièrement en son sein. Seul le quartier en lui-même avait plongé dans un chaos dont il se relèverait vite, tout comme les bureaux des médias locaux.

      Saêna, Stephan, venez ici !

      Solennel, comme à son habitude, Mart Hoof disparut dans son bureau avant même que les deux intéressés ne lui aient répondu.

      Et merde, commenta Stephan, la tête rentrée dans les épaules.

      Mart Hoof était un homme d’âge mûr, peu enclin au changement. Toujours sérieux, il avait gravi rapidement les échelons du journal, devenant rédacteur en chef à trente ans et n’en bougeant plus par la suite. Depuis, il menait l’équipe d’une main de fer qui excluait les nouveaux arrivants et les stagiaires.

      Où étiez-vous ? Je vous cherche depuis une heure, décréta-t-il une fois que Saêna et Stephan eurent refermé la porte derrière eux. Il y a eu un attentat à Oosten District.
      On sait, on y était, répondit Saêna.

      Le rédacteur en chef l’observa par-dessus ses lunettes.

      Je ne vous y ai pas envoyés, mais puisque vous avez pris l’initiative, vous donnerez vos notes à Cat’ qui rédigera l’article. Quant à vous, vous allez à la morgue essayer de voir avec le coroner si la liste des victimes est établie. Dès qu’elle le sera, je veux le savoir, c’est compris ?

      Stephan hocha la tête, mais Saêna ne l’entendit pas de cette oreille.

      En fait, je crois que nous avons une information importante qui vaut le coup. J’aimerais votre permission pour l’examiner plus en détail.
      Vous avez le nom des terroristes ?
      Non.
      Alors le reste est accessoire. Vous vous en occuperez plus tard. Vous n’êtes pas enquêteurs, vous êtes des chroniqueurs.
      Monsieur, je travaille ici depuis quatre ans, j’ai été embauchée comme reporter. J’aimerais pouvoir m’investir davantage dans la rédaction des articles, se plaignit Saêna.
      Si vous souhaitez continuer à travailler ici, je vous suggère de commencer par faire ce qu’on vous demande, Mademoiselle Eelroog. Le statut de votre père ne m’empêchera pas de vous mettre à la porte.

      Avec un soupir, la jeune femme laissa tomber. Elle avait déjà eu cette discussion à de nombreuses reprises avec son supérieur, sans plus de résultats que de demeurer invariablement en service aux rubriques nécrologiques. Les deux amis quittèrent donc le bureau de Mart Hoof.

      Nous n’avons pas besoin d’aller à deux à la morgue. Vas-y et tiens-moi au courant par datapad si tu as du nouveau. Moi je vais voir ce que je peux trouver à propos des victimes de mon côté, suggéra Saêna.
      Veux-tu bien me dire pourquoi c’est toujours moi qui dois faire le sale boulot ?
      Parce que tu sais que je ferai n’importe quoi pour obtenir des informations.

      La réplique lui valut une grimace exaspérée.

      C’est ça, rappelle-moi que tu vaux mieux que moi, ricana-t-il en lui ébouriffant les cheveux.

      Saêna sourit, mais ne prit pas la peine de relever la boutade faussement plaintive. Elle appréciait Stephan, tant pour son côté boute-en-train que pour la fidèle amitié dont il l’entourait. Il mesurait bien deux têtes de plus qu’elle et en profitait souvent pour la taquiner. La lèvre boudeuse, le visage encore plein des rondeurs de l’enfance malgré ses vingt-six ans bien sonnés, il avait un regard pétillant de malice. Aurait-elle manqué de frères qu’elle lui en aurait donné le titre tant leur complicité était grande.

      Ils partageaient le même bureau depuis près de cinq ans, lorsque Saêna avait quitté l’école, après avoir brillamment obtenu son diplôme. Elle aurait pu prétendre à une délocalisation et quitter Olendel pour travailler au national. Ses notes et ses stages lui garantissaient une place dans l’un des plus grands journaux du monde. Elle avait même eu une offre de la GFTV. Mais Olendel était sa ville et elle avait refusé pour rester aux côtés de sa famille. La Gazette était venue lui offrir un emploi sitôt son diplôme obtenu. Elle n’avait pas changé de travail, malgré le caractère intransigeant de Mart Hoof. Le tempérament rigide du rédacteur ne l’impressionnait d’ailleurs pas vraiment et elle appréciait la ligne directrice qu’il imposait au journal, raison pour laquelle, en dépit de l’immobilisme dans lequel sombrait sa carrière, elle demeurait fidèle à la Gazette.

      Dès que Stephan eut quitté les locaux, Saêna téléchargea la vidéo de son datapad sur son ordinateur personnel et entreprit d'en examiner les moindres détails. Un logiciel de reconstitution, qu’elle avait piraté sur le serveur de la police quelques mois auparavant, lui permit de grossir les moindres détails. Elle n’avait aucune connaissance de médecin légiste, mais il n’en fallait guère pour comprendre que la pièce qu’elle avait filmée n’était qu’une macabre mise en scène. Les têtes avaient toutes été séparées des corps. Les cadavres, carbonisés au point d’être méconnaissables, semblaient bien plus endommagés que ne le laissait présumer l’état des murs. Le souffle de l’explosion ne pouvait être le responsable d’une telle catastrophe.

      Saêna se mordilla la lèvre en réfléchissant. Elle avait vu ses premiers morts à un âge où les enfants sont encore innocents. Elle aurait dû être capable de ne plus rien éprouver à la vue de la mort et des massacres. Pourtant, chaque mort était encore une blessure à son cœur, une blessure qu’elle s’efforçait de dissimuler, de peur de paraître faible aux yeux des siens. La GFTV allumée sur un écran parallèle, elle se pencha à nouveau sur son film, décidée à découvrir un indice qui lui permettrait de comprendre ces morts. Vingt fois, elle abandonna la scène de crime, les yeux piquants et le cœur au bord des lèvres. Vingt fois, elle revint aux séquences, désireuse d’examiner un nouveau détail.


      À suivre...*






      Les flottes suivantes se sont affrontées le : 2017-12-04 16:23:39
      Attaquant kanbo [Worms]
      120% | 120% | 120%

      Croiseur 7.668
      V.bataille 3.255
      Traqueur 2.133


      VS

      Défenseur Apollo-Soyouz [FANTOME]
      130% | 130% | 130%

      P.transp. 1.001
      Croiseur 3.212
      V.bataille 1.810
      Recycleur 201
      Traqueur 324


      Display Spoiler

      Attaquant kanbo
      120% | 120% | 120%

      V.bataille : 3.255
      Traqueur : 2.133

      Attaquant kanbo
      120% | 120% | 120%

      Croiseur : 7.668

      Défenseur Apollo-Soyouz
      130% | 130% | 130%

      P.transp. 1.001
      Croiseur 3.212
      V.bataille 1.810
      Recycleur 201
      Traqueur 324



      Attaquant kanbo

      Croiseur 6.635 (-1.033)
      V.bataille 3.214 (-41)
      Traqueur 2.124 (-9)


      VS

      Défenseur Apollo-Soyouz

      Détruit




      L'attaquant a remporté la bataille ! Il emporte
      615.191 unités de métal, 1.986.105 unités de cristal et 552.243 unités de deutérium

      L`attaquant a perdu au total 33.182.000 unités.
      Le défenseur a perdu au total 236.910.000 unités.
      Un champ de débris contenant 91.098.500 de métal et 37.004.000 de cristal se forme dans l'orbite de la planète.



      Les 6.479 recycleurs de kanbo récoltent 78.918.500 de métal et 24.850.000 de cristal

      => 81 %



      Bénéfice de l'attaquant : 73.740.039
      Métal : 56.758.691 | Cristal : 18.630.105 | Deut : -1.648.757

      Bénéfice du defenseur : -240.063.539
      Métal : -160.037.191 | Cristal : -67.788.105 | Deut : -12.238.243


      Consommation estimée : 1.869.429 deut

      Skin : TopRaider white by Vulca
      Converted by TopRaider.eu



      HRP by kando :
      Dédicaces à cataleya qui n a pas pu grouper à temps et à mes deutiers.



      Note de la RPiste
      * Cette saga est dédiée à ExoS et à travers lui, à Wasat, mais aussi aux TUW et à travers eux, à Xanthus. Quiconque désire un rp peut en faire la demande par MP.

      Personnages principaux :
      Entreprise Chevesnon
      Abjad Kap, le fondateur, dit le Roi Blanc
      Izghar, son frère cadet
      Viviane, sa femme, née de Tahaban
      Vulkan, héritier légitime de l’entreprise
      Ewwel, fils cadet, dit le petit Prince

      Entreprise Blasyn et fils
      Naeratus Eelroog, le fondateur, Maire d’Olendel
      Tasy, fils ainé atteint de la lèpre
      Esimene
      Johkard, fils héritier
      Saêna, fille unique, deofol, journliste à la Gazette
      Kolmas, fils deofol
      Neljas
      Noorim
      Lideo

      Bar Yster
      Martin Duhrôd
      Bern Duhrôd
      Rahsia Tuhan

      La Gazette
      Stephan Drukker, journaliste
      Mart Hoof, rédacteur en chef
      Kat, journaliste


      Épisodes précédents :
      - Prélude – Viviane de Tahaban
      - Chapitre 1 - Saêna
      - Chapitre 1 - Saêna 2
      - Chapitre 1 - Saêna 3
      Rien comme un regard, déjà au delà de vous lorsque vous le surprenez.
      Rien comme le silence, si plein de doutes lorsque vous le sondez.