Pinned Elections Européennes 23 au 26 mai 2019

    This site uses cookies. By continuing to browse this site, you are agreeing to our Cookie Policy.

    • Elections Européennes 23 au 26 mai 2019

      Elections européennes du 23 au 26 mai 2019







      Le but de ce topic, comme son titre l'indique sera de discuter des futurs élections européennes qui auront lieu cette année.



      Pour que tout le monde puisse participer, il y aura dans ce premier post un récapitulatif sur le fonctionnement de l'UE, les différents organes qui la compose et leurs rôles (Parlement Européen, La Commission Européenne, ...). On trouvera aussi ici, les différentes listes qui participeront aux futures élections européennes, leur programme, et le groupe parlementaire auquel ils appartiennent ou souhaitent appartenir au sein du Parlement européen.



      Mais tout d'abord, quelques informations pratiques sur le déroulement de ses élections :

      • Les élections se dérouleront dans l'ensemble de l'UE du jeudi 23 mai 2019 au dimanche 26 mai 2019 ;
      • 705 eurodéputés seront élus pour cette législature, contre 751 précédemment. En raison du Brexit (cela peut encore changer, si le Brexit est retardé jusqu'à une date ultérieure au 30 juin 2019, dans ce cas-là, des élections européennes devront se tenir au Royaume-Uni)
      • Pour la France :

      • il faudra élire 79 eurodéputés, contre 74 à la législature précédente.
      • Contrairement aux élections européennes qui ont eu lieu entre 2003 et 2014, la France n'est plus découpé en 8 circonscriptions régionales, mais en une unique circonscription nationale.
      • Le dépôt des candidatures commencera le 23 avril 2019 et se terminera le 3 mai 2019. Et la campagne électorale officielle aura lieu du 13 mai 2019 au 25 mai 2019.
      • Chaque liste ayant obtenu plus de 5% des suffrages bénéficient d’un nombre de sièges proportionnel à leur nombre de voix.





      Les institutions de l'Union européenne



      Les 7 institutions européennes énumérées par le traité sur l'Union européenne, sont :



      • La Cours de justice de l'Union européenne
      • La Banque centrale européenne
      • La Cour des comptes
      • Le Conseil européen
      • Le Conseil
      • La Commission européenne
      • Le Parlement européen





      1) La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) :



      • La CJUE, est composé de 28 juges, 1 pour chaque Etats membre. Ainsi que de 8 avocats généraux qui assistent la Cours dans sa mission.
      • Instituée en 1952 par le traité CECA, la Cour de Justice (autrefois nommée Cour de Justice des Communautés européennes, CJCE), située à Luxembourg, est une institution juridictionnelle qui veille au respect du droit communautaire : elle est la seule compétente pour interpréter les traités.
      • Avec le traité de Lisbonne, la compétence de la Cour s'étend au droit de l'Union européenne à moins que les traités n'en disposent autrement.
        En matière de Liberté, sécurité et Justice, la Cour voit ses compétences renforcées. En effet, les restrictions sont presque toutes levées. Elle pourra désormais statuer sur des recours concernant les visas, l'asile, l'immigration et d'autres politiques liés à la circulation des personnes.
      • Enfin, la Charte des Droits fondamentaux de l'Union européenne acquiert la même valeur juridique que les Traités. Elle intègre "le bloc de constitutionnalité" sur lequel la Cour de justice peut se prononcer.





      2) La Banque centrale européenne (BCE) :



      • Elle gère la politique monétaire de la zone euro et son objectif principal est de maintenir la stabilité des prix, préservant ainsi la valeur de la monnaie unique.
      • Depuis le 4 novembre 2014, la BCE assume pleinement ses missions et responsabilités en matière de contrôle bancaire dans le cadre du mécanisme de surveillance unique (MSU).
      • Il revient principalement à la BCE de réaliser les missions fondamentales du Système européen de banques centrales (SEBC), qui rassemble les banques centrales nationales (par exemple la banque de France ou celle de Belgique) des 28 États membres.





      3) La Cour des comptes :



      • La Cour des comptes contrôle les recettes et les dépenses de l'UE. Elle vérifie ainsi que les fonds sont correctement collectés et dépensés, qu'ils sont investis de manière à produire de la valeur ajoutée et qu'ils ont été comptabilisés.
      • La compétence de la Cour couvre ainsi tous les comptes de recettes et dépenses de l'Union (Commission européenne, Parlement européen, Conseil de l'Union européenne, Cour de justice, Banque européenne d'investissement), de ses organes (agences, fondations, instituts, observatoires...) et des bénéficiaires des aides européennes dans les Etats membres.





      4) Le Conseil européen :



      • Réunis de manière régulière tous les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'UE, ainsi que le président de la Commission européenne. Ce dernier ne peut pas prendre part aux votes.
      • Le Conseil européen, est là pour orienter la politique générale de l'UE. Et insuffler le souffle nécessaire à la construction européenne.
      • Toutes les grandes décisions politiques concernant la construction de l'Europe sont prises par le Conseil européen : réforme des traités et des institutions, financement du budget européen, élargissement de l'Union européenne...
      • C'est le moteur de l'UE.





      5) Le Conseil ou Conseil de l'Union européenne :



      • Réunis les ministres de l'ensemble des membres de l'UE, par domaine d'activité.
      • Avec le Parlement européen, le Conseil exerce le pouvoir législatif au sein de l'UE. Dans la procédure législative ordinaire, suite à une proposition de la Commission et une première lecture du Parlement européen, un texte (règlement ou directive) peut être adopté par le Conseil s'il suit les éventuels amendements du Parlement. Sauf exception prévue par les traités, un texte ne peut donc être adopté en cas de désaccord entre le Conseil et le Parlement européen.
      • Le Conseil est également l’une des deux branches de l’autorité budgétaire : à ce titre, il arrête et modifie le budget européen avec le Parlement, ce dernier ayant un rôle ultime dans la procédure d'adoption du budget annuel.





      6) La Commission européenne :



      • La Commission compte 28 commissaires (dont le président et le Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité), soit un par Etat membre.
      • Le président de la Commission, est proposé au Parlement européen par le Conseil européen. Le Parlement européen, élit à la majorité de ces membres le candidat proposé par la Commission. Si le candidat choisi par le Conseil européen n'est pas élus par le Parlement européen, un nouveau candidat doit-être proposé sous un mois, et doit-être confirmé par le Parlement à la majorité de ces membres.
      • Les commissaires européens, sont nommés après accord entre le Conseil européen et le président de la Commission. Puis le collège de commissaire est soumis au Parlement européen qui après avoir auditionné chacun des candidats, approuvent ou rejettent l'ensemble de la Commission.
      • La Commission, a un rôle législatif et exécutif :
        • Dans son rôle législatif, la Commission à le pouvoir d'initiative. Ce qui lui permet de soumettre ces propositions de loi au Conseil de l'Union et au Parlement européen. Un acte législatif de l'UE ne peut, sauf exception prévue par le traité, être adopté que sur proposition de la Commission. La Commission, dans les faits suit souvent les orientations de Conseil européen.
        • La Commission, a aussi un rôle exécutif au sein des institutions de l'UE. Elle a pour but de mettre en œuvre les actes législatifs adoptés par le Parlement européen et le Conseil. Elle est également chargée de l’exécution du budget et de la gestion de certains programmes communautaires (comme le FSE).
      • La Commission a une fonction de représentation de l'UE dans tous les domaines (politique commerciale, désignation des délégations...), à l'exception de la politique étrangère et de sécurité commune.





      7) Le Parlement européen :



      1) Le fonctionnement du Parlement européen

      • Le Parlement européen, est la seule institution de l'UE élue directement au suffrage universel par les citoyens.
      • Il dispose de pouvoirs législatif, budgétaire et de contrôle politique :
        • Le budget annuel de l'UE, est proposé par la Commission au Conseil et au Parlement européen. C'est au Parlement européen, que revient la décision d'adopter ou non la proposition de budget de la Commission. Le Parlement européen, peut modifier la proposition de la Commission, dans ce cas, un comité de conciliation, pour trouver un accord sur le budget est mis en place. Puis le nouvel accord est à nouveau soumis au vote du Parlement européen, qui l'adopte ou non.
        • Le Traité de Lisbonne, a consacré la procédure de "codécision", aujourd'hui procédure législative ordinaire, comme principal mode de décision européen. Cette procédure, s'exerce dans 85 domaines de compétence.



      • Le Parlement européen, en plus de la procédure ordinaire, exerce son pouvoir législatif à travers d'autres procédures spéciales. Tels que la procédure d'approbation, qui ne permet pas au Parlement européen d'amender les textes, mais lui donne un droit de veto. Cette procédure, s'exerce dans 16 domaines (investiture de la Commission, adhésion d'un nouveau pays membre, signatures d'accords internationaux...). La procédure de consultation, permet au Parlement européen de donner un avis non-contraignant dans une cinquantaine de domaines. Et le droit d'initiative, qui permet au Parlement de demander à la Commission de soumettre une proposition.
      • Le Parlement européen, a aussi un rôle de contrôle politique. En plus de son rôle important lors de la désignation du président de la Commission. Il peut également censurer la Commission, par un vote (à la majorité des 2/3 des suffrages exprimés et majorité des membres du Parlement), qui doit alors donner sa démission collégialement ou bien destituer un seul commissionnaire. Toujours en matière de contrôle, il peut questionner par écrit ou oralement le Conseil et la Commission, constituer des commissions d'enquête en cas d’infractions ou de mauvaises applications du droit communautaire. Il peut aussi recevoir des pétitions provenant de citoyens européens. Et enfin, il dispose également d'un droit de recours devant la CJUE.


      2) Les différents groupes politiques représentés au sein du Parlement européen


      • Il y a actuellement 8 groupes politiques au sein du parlement européen.
        • Le plus important de ces groupes est le PPE (Parti Populaire Européen), il regroupe 217 députés, soit 29% des sièges. Les principaux partis nationaux qui le compose sont le CDU (Allemagne, 29 sièges), le PO (Pologne, 18 sièges), le PP (Espagne, 17 sièges), LR (France, 16 sièges). En-dehors du Parlement européen, le PPE est un groupe politique regroupant plus de 70 partis politique de la droite et du centre droit, dans 40 pays européens. => Droite conservatrice
        • La deuxième force politique du Parlement européen avec 187 sièges (25% des eurodéputés), est le S&D (Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen). Il compte des députés européens issus des 28 états membres. Les six formations politiques qui y sont les plus représentés sont : le SPD (Allemagne, 27 sièges), le PD (Italie, 26 sièges), le Labour (Anglais, 20 sièges), le PSOE (Espagne, 13 sièges), le PS (France, 10 sièges), le PSD (Roumanie, 10 sièges). => Centre gauche
        • La troisième force politique du Parlement européen, est le CRE (Conservateurs et réformistes européens). Il regroupe 75 membres, soit 10% des sièges. Ses membres proviennent de 19 pays de l'UE. Les principaux partis qui le compose sont : le Tories (Britannique, 18 sièges), le PiS (Polonais, 14 sièges), le N-Va (Belges, 4 sièges) et le DF (Danois, 3 membres). Aucun parti français n'y siège. => Droite eurosceptique
        • L'ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe), qui compte 68 eurodéputés (9% des sièges) issue de 21 Etats membre de l'UE, est le quatrième groupe politique du Parlement européens. L'ADLE, est composé d'un grand nombre de partis politique, dont aucun ne ressort particulièrement par le nombre de siège qu'il occupe (les partis les mieux représenté, comptant 4 membres). => Centre droit
        • Le groupe Verts/ALE (Verts/Alliance libre européenne), compte 52 membres (7% des sièges) issue de 18 pays de l'UE. Il regroupe principalement des partis de la gauche écologique : l'Alliance 90/Les Verts (Allemagne, 11 membres), Europe Ecologie-Les Verts (EELV) (France, 6 membres), le Parti de l’environnement-Les Verts (MP) (Suède, 4 membres). => Gauche écologiste
        • Le groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL), compte autant de membre que le précédent, issue de 14 pays membres de l'UE. Les principales formations politiques y siégeant sont Die Linke (Allemagne, 7 membres), Podemos (Espagne, 5 membres), le Sinn Féin (Irlande, 4 membres), Syriza (Grèce), la coalition Gauche unie (IU, Espagne), le Parti communiste portugais (PCP), le Parti communiste de Bohême et Moravie (KSČM), et la France Insoumise (LFI, France), ces dernières formations comptent toutes 3 membres. => Extrême gauche
        • L'ELDD (Europe de la liberté et de la démocratie directe), est un groupe politique du Parlement européen qui compte 41 membres (5% des sièges), venant de 7 Etats membres. Groupe politique très eurosceptiques, voire europhobes. Les principaux partis qui le compose sont : le Mouvement 5 Etoiles (M5S) (Italie, 12 membres), le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP, 3 membres), Debout la France (DLF, 2 membres) et Les Patriotes (LP, 2 membres). => Droite souverainiste
        • Le plus petit groupe politique du Parlement européen est : Europe des Nations et des Libertés (ENL). Qui compte 37 membres, originaire de 8 pays de l'UE. Ce groupe politique se trouve à l'extrême droite de l’échiquier politique européen. Les principaux partis politiques qui y siègent sont le Rassemblement national (RN) (France, 14 membres), la Ligue du Nord (LN) (Italie, 6 membres), le Parti pour la liberté (PVV) (Pays-Bas, 4 membres), le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ, 4 membres) et le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) avec 3 membres qui ont rejoint l'ENL en janvier 2019. => Extrême droite
        • Les non-inscrits, au nombre de 22 (3% des sièges) originaires de 9 Etats membres, ces eurodéputés n'appartiennent à aucun groupe au Parlement européen (un groupe politique doit comprendre au moins 25 députés élus dans au moins sept pays). Ils sont le plus souvent issus de l'extrême droite, même si ce n'est pas systématique. On y trouve ainsi des membres d'Aube dorée (Grèce), du Jobbik (Hongrie) ou encore du Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD). Côté français, Jean-Marie Le Pen, exclu du Front national (devenu Rassemblement national), fait, par exemple, partie des eurodéputés non-inscrits.



      Display Spoiler

      Petit résumé sur la prise de décision au sein de l'UE :

      The post was edited 22 times, last by thegunners ().

    • Présentation des différentes listes


      (Les partis sont présentés selon leur position dans un sondage Ifop daté du 26 mars)


      1) Liste "Renaissance" de LaRem (rejoint par le Modem, Agir et le Mouvement radical)

      • Selon le sondage Ifop du mardi 26 mars, la liste de LaRem, est crédité de 22% des intentions de vote.
      • C'est la ministre des Affaires européenne, Nathalie Loiseau, qui mènera la liste avec pour numéro 2, Pascal Canfin ancien président de WWF.
      • Le programme qui sera publié durant le mois d'avril, doit s'articuler autour de 6 grands axes:
        • Institutions et valeurs
        • Transition écologique et agriculture
        • Éducation et culture
        • Économie et social
        • Sécurité et défense
        • Asile et immigration
      • Même si un aperçu des aspirations européennes de LaRem a été montré lors de la publication le 5 mars de la tribune " Pour une Renaissance européenne " d'Emmanuel Macron.
      • Les députés européens de LaRem, devrait s'allier au sein du Parlement européen avec le groupe centriste ADLE, avec pour objectif de faire éclater le PPE et le S&D, qui sont actuellement les 2 principales force politique du Parlement européen, en créant un groupe centriste fort.
      Display Spoiler


      Les 30 premiers noms de la liste Renaissance :
      • Nathalie Loiseau, tête de liste Renaissance pour les élections européennes. (Île-de-France)
      • Pascal Canfin, ancien président de WWF (Île-de-France).
      • Marie-Pierre Vedrenne, juriste et directrice de la Maison de l’Europe à Rennes (Bretagne).
      • Jérémy Decerle, exploitant agricole et président des Jeunes Agriculteurs (Bourgogne-Franche-Comté).
      • Catherine Chabaud, navigatrice et journaliste (Pays de la Loire).
      • Stéphane Séjourné, directeur de campagne (Nouvelle-Aquitaine).
      • Fabienne Keller, sénatrice (Grand-Est).
      • Bernard Guetta, spécialiste de géopolitique internationale (Île-de-France).
      • Irène Tolleret, vigneronne et conseillère départementale (Occitanie).
      • Stéphane Bijoux, directeur des rédactions des télés Outre-mer chez France Télévision (Réunion).
      • Sylvie Brunet, juriste et présidente de la section Travail et Emploi du Conseil économique social et environnemental (Provence-Alpes-Côte d’Azur).
      • Gilles Boyer, ancien conseiller du Premier ministre (Île-de-France).
      • Stéphanie Yon-Courtin, maire de la commune Saint-Contest dans le Calvados (Normandie).
      • Pierre Karleskind, vice-président du Conseil régional de Bretagne, en charge de la mer et des infrastructures portuaires (Bretagne).
      • Laurence Farreng, directrice de communication à Pau (Nouvelle-Aquitaine).
      • Dominique Riquet, député européen (Hauts-De-France).
      • Véronique Trillet-Lenoir, chef de service d’oncologie médicale du Centre Hospitalier Lyon Sud (Rhônes-Alpes).
      • Pascal Durand, député européen (Île-de-France).
      • Valérie Hayer, vice-présidente du Conseil départemental de la Mayenne (Pays de la Loire).
      • Christophe Grudler, conseiller départemental du Territoire de Belfort (Bourgogne-Franche-Comté).
      • Chrysoula Zacharopoulou, gynécologue-chirurgienne et co-fondatrice de l’association Info-endométriose (Grèce).
      • Sandro Gozi, ancien secrétaire d’État italien aux affaires européennes (Italie).
      • Ilana Cicurel, avocate (Île-de-France).
      • Max Orville, directeur d’école (Martinique).
      • Catherine Amalric, médecin et adjointe au maire à Aurillac (Auvergne-Rhône-Alpes).
      • Guy Lavocat, référent du département Puy-de-Dôme et spécialiste des questions de défense (Auvergne-Rhône-Alpes).
      • Charline Mathiaut, gestionnaire immobilier (Auvergne-Rhône-Alpes).
      • Xavier Fournier, conseiller municipal de Nantes (Pays de la Loire).
      • Nawel Rafik-Elmrini, avocate et adjointe aux affaires européennes à Strasbourg (Grand Est).
      • Mao Péninou, ancien adjoint à la Mairie de Paris (Île-de-France).



      Toutes les biographies des candidats sont sur le site : Candidats | Renaissance




      2) Liste Rassemblement National (RN)

      • Selon le sondage Ifop du mardi 26 mars, la liste RN, est crédité de 20% des intentions de vote.
      • La tête de liste est Jordan Bardella, adhérent au RN depuis ces 16 ans, il en est aujourd'hui le porte-parole, ainsi que conseiller régional d'IDF.
      • Marine Le Pen porte tout de même la campagne européenne, mais ne se trouve pas à une place éligible sur la liste RN.
      • Le RN, est le grand gagnant des dernières élections européennes de 2014 en France. Avec près d'un quart des votes, et 24 sièges sur les 74 attribué à la France. Aujourd'hui le RN ne compte plus que 16 eurodéputés au Parlement européen, après 8 défections en cours de mandats.
      • Le RN pour cette nouvelle législature au sein du Parlement européen, souhaite rassembler les forces qui partagent ces idées (sur l'immigration, lutter contre l'UE...) au sein d'un même groupe politique. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, les partis partageant des idées communes avec le RN étant divisés entre l'ELDD et l'ENL (auquel appartient le RN). Pour cela un meeting entre les différents chefs de files des partis doit avoir lieu, mais il n'y a pas encore de date.
      • Le programme du RN, doit encore être publié dans un manifeste, contenant des propositions non-plu pour sortir de l'UE/euro, mais pour changer l'Europe de l'intérieur, avec une "alliance européenne des nations" et de l'espace Schengen. Mettre en place une "barrière écologique" (taxe, droit de douane, sur des produits importé hors UE qui respectent pas les normes UE), préférence européenne face aux produits étrangers. Défendre l'euro, car cette monnaie est une protection. Promouvoir un Plan Marshall Euro - Africain. Changer le rôle de la Commission, en réduisant son pouvoir, donner l'initiative législative au Parlement européen et Conseil.



      Display Spoiler


      Les 12 premiers noms de la liste RN :

      • Jordan Bardella, 23 ans, tête de liste RN, porte-parole du RN et conseiller régional d'IDF.
      • Âgée de40 ans, Hélène Laporte est titulaire d’un master de Droit et Économie. Elle est élue conseillère régionale en Nouvelle Aquitaine en 2015 et occupe également les fonctions de responsable départementale du Lot-et-Garonne depuis 2018.
      • Thierry Mariani est né le 8 août 1958. Il s’engage en politique au sein du RPR dès 1976et devient député de Vaucluse, dont il est originaire, pour la première fois en1993. En novembre 2010, il devient ministre des Transports dans le Gouvernement de François Fillon. Il sera élu député des Français établis hors de France en2012. Rejoint le RN pour la campagne européenne de 2019.
      • Dominique Bilde est née le 1er août 1953. Dominique Bilde est conseillère régionale de Lorraine depuis 2010, puis de Grand Est depuis 2015, elle est aussi élue au Parlement européen depuis 2014, elle siège à la Commission Culture et Education.
      • Hervé Juvin est né le 29 janvier 1956. Après des études à Sciences-po Paris, il se rapproche de Marcel Gauchet et de Raymond Barre. Économiste, il fonde la société Eurogroup Institute, un think tank de veille stratégique, qu’il préside jusqu’en 2014. Il conseille Marine Le Pen pendant l’élection présidentielle.
      • Joëlle Mélin est née le 26 mars 1950. Titulaire d’un doctorat de médecine à la faculté de Marseille, elle a exercé la médecine générale en milieu semi-rural pendant près de dix ans. Conseillère municipale d’Aubagne (Bouches-du-Rhône), elle est député français au Parlement européen depuis 2014. Membre de la Commission de l’emploi et des affaires sociales.
      • Nicolas Bay est né le 21 décembre 1977. Député européen depuis 2014, il succède à Marine Le Pen à la co-présidence du groupe Europe des Nations et des Libertés(ENL) au Parlement européen en 2017.
      • Virginie Joron est née le 11 décembre 1973. Elle est diplômée en Droit et titulaire d’un DESS Police Sécurité et droits fondamentaux de la personne de l’université de Droit de Nice Sophia Antipolis, au cours duquel elle a notamment consacré sa réflexion aux violences urbaines et à l’État de droit. Élue conseillère régionale en 2015 après avoir été tête de liste dans le Haut-Rhin, elle est aujourd’hui présidente du groupe Rassemblement National Grand Est.
      • Jean-Paul Garraud est né le 27 février 1956. Diplômé de l’Ecole nationale de la magistrature, il est notamment et successivement juge au tribunal de grande instance de La Rochelle, juge d’instruction au tribunal de grande instance de Toulouse et président du tribunal de grande instance des Sables d’Olonne. Devenu avocat général, il est président de l’Association professionnelle des magistrats. Jean-Paul Garraud est élu député (UMP) de Gironde en 2002 et sera réélu en 2007. Il rejoint le RN pour les européenne de 2019.
      • Catherine Griset est née le 20 août 1972. Collaboratrice historique de Marine Le Pen, elle devient son assistante juridique en 1993, puis intègre le service juridique du Front National dès sa création par Marine Le Pen. Elle sera ensuite 8 ans son assistante parlementaire, puis accède aux responsabilités de chef de cabinet en 2015.
      • Gilles Lebreton, né le 11 octobre 1958. Est, docteur en droit et en philosophie, il est professeur de droit public à l’Université du Havre et doyen honoraire de la Faculté des Affaires internationales. Il a rejoint Marine Le Pen en 2011 et a fait partie de son équipe de conseillers pour les élections présidentielles de2012 et 2017. Il est député européen depuis 2014 et chef de la délégation du Rassemblement National au Parlement européen depuis février 2018.
      • Christiane Delannay-Clara, née le 23 décembre 1964, est diplômée en Droit, en Science politique et en Sociologie. Professeur des écoles, elle est également habilitée à diriger des établissements du premier degré de l’Éducation Nationale et des établissements spécialisés. Elle est conseillère municipale de la ville de Saint-François, en Guadeloupe. En 2018, elle est élue présidente du mouvement citoyen Re-Naissance Guadeloupéenne.
      Toutes les biographies des candidats sont sur le site : https://rn-europeennes.fr/#liste




      3) Liste Les Républicains (LR)

      • Selon le sondage Ifop du mardi 26 mars, la liste LR, est crédité de 14%des intentions de vote.
      • La liste LR est mené, par un trio de tête composé par : la tête de liste François-Xavier Bellamy, suivis d'Agnès Evren et Arnaud Danjean.
      • Le programme LR, pour les européennes de 2019 est paru le 16 mars. Intitulé Pour la France : transformer l'Europe, qui comprend 5 parties :
        • I. L'Europe des frontières, qui arrête enfin l'immigration de masse, nous défend face au terrorisme islamiste et protège notre territoire, en refusant tout nouvel élargissement ;
        • II. L'Europe Civilisation, qui assume et défend notre histoire, transmet et fait rayonner avec fierté notre identité et nos valeurs ;
        • III. L'Europe Puissance, qui sort de la naïveté et assume la défense de nos intérêts, de nos emplois, de nos entreprises, face aux géants de la mondialisation - Etats-Unis et Chine en tête;
        • IV. L'Europe Projet, éloignée du «toujours plus» de normes et axée sur le développement prioritaire de grands projets stratégiques, utiles pour notre économie, pour notre influence, pour notre futur ;
        • V. L'Europe Efficace, dont l'action sera plus rapide, plus démocratique, moins technocratique, respectueuse des citoyens et des nations européennes.
      • Dans ce programme, on retrouve plusieurs mesures phares, comme le rétablissement des frontières intérieurs, refuser tout nouvel élargissement de l'UE, de l'espace Schengen. Instaurer une "barrière écologique" (droit de douane, sur les produits importées hors UE qui respectent pas les normes environnementales/sociales), viser le "0 carbone pour 2050". Créer une préférence européenne sur le marché des emplois/entreprises, une réciprocité dans les échanges internationaux. Défendre l'euro, car c'est une monnaie de protection pour les français et les européens. Promouvoir un Plan Marshall Euro-Africain de croissance partagée (en investissant dans les infrastructures, l’éducation, la santé, l’emploi des femmes ou le numérique). Diminuer le pouvoir de la Commission, en donnant l'initiative législative aux seuls Parlement européen et Conseil...



      Display Spoiler


      Les 26 premiers noms de la liste LR :

      1. François-Xavier Bellamy

      2. Agnès Evren

      3. Arnaud Danjean

      4. Nadine Morano

      5. Brice Hortefeux

      6. Nathalie Colin-Oesterlé (Les Centristes)

      7. Geoffroy Didier

      8. Anne Sander

      9. Frédéric Péchenard, est un commissaire divisionnaire de police, haut fonctionnaire et homme politique français membre du parti Les Républicains. Il est depuis décembre 2015, vice-président du conseil régional d'IDF, en charge de la sécurité.

      10. Laurence Sailliet

      11. Franck Proust

      12. Cristina Storoni

      13. Alain Cadec

      14. Lydia Guirous

      15. Bernard Asso, est un homme politique, universitaire et avocat français. Il est professeur de droit public à l'université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice. Il est conseiller général des Alpes-Maritimes, élu depuis 1985 dans le canton de Nice-10 sous l'étiquette RPR puis UMP, et adjoint au maire de Nice.

      16. Angélique Delahaye

      17. Guillaume Guérin

      18. Anne Brissaud (Les Centristes)

      19. Patrick Boré

      20. Réservée à un représentant des Outre-mer

      21. Philippe Meunier

      22. Françoise Guégot

      23. Bernard Carayon

      24. Faustine Maliar

      25. Sébastien Pilard

      26. Livia Graziani Sanciu



      Liste disponible sur le site des Républicains : republicains.fr/elections_europeennes_2019/liste




      4) Liste La France Insoumise (LFI)

      • Selon le sondage Ifop du 26 mars, la liste LFI est créditée de 8,5% des intentions de vote.
      • La tête de liste LFI, est Manon Aubry ancienne porte-parole d'Oxfam-France. Jean-Luc Mélanchon, se trouve à la 79e place sur la liste LFI, en position non-éligible.
      • Bien qu'il soit positionné à la dernière place sur la liste LFI, Jean-Luc Mélanchon a montré qu'il compte faire campagne pour les européenne, après une tribune publié par Libération le 10 mars. Dans laquelle il appelle à sortir des traités de l'UE avant de pouvoir mettre en place son projet européen : "Il y a un préalable à tout cela : sortir des traités qui organisent l’UE. Toutes nos misères écologiques et sociales ont leur origine dans le contenu de ces traités." Et aussi de faire des élections européenne un "référendum anti-Macron".
      • LFI, a pour objectif de former une alliance avec d'autre parti de la gauche européenne (Podemos, Le Bloco...) pour former un groupe politique au Parlement européen.
      • Le programme LFI pour les européennes de 2019, a été publié et s’intitule L'Avenir en commun, en Europe aussi !, il se divise en 5 parties :
        • 1. Faire respecter la souveraineté des peuples ;
        • 2. Face à l’urgence climatique, engager la planification écologique ;
        • 3. Mettre au pas la finance, en finir avec le dumping social et fiscal ;
        • 4. Construire la paix et les coopérations ;
        • 5. Face aux réactionnaires, étendre les droits et les libertés.
      • Dans ce programme, La France Insoumise donne plusieurs de ses engagements, le principal étant de renégocier les traités européens, ou en sortir. Refuser l’Europe de la défense. Donner l’initiative législative au Parlement européen. Instaurer un SMIC dans chaque pays européen, à 75% du salaire médian, et instaurer un salaire maximum européen. Mettre fin à l’indépendance de la BCE, taxer les transactions financières. Financer l’aide au développement des pays les plus pauvres (en portant l’aide publique au développement à 0,7% du PIB).


      Display Spoiler

      Liste des candidats LFI :


      Manon Aubry 29 ans / Paris Responsable associative, engagée contre l’évasion fiscale et les inégalités

      Manuel Bompard 32 ans / Toulouse Ingénieur de recherche, coordinateur des campagnes de la France insoumise

      Leïla Chaibi 36 ans / Paris Responsable de la vie associative dans une collectivité, militante pour le droit au logement et initiatrice de Jeudi Noir

      Anne-Sophie Pelletier 42 ans / Gevry Aide médico-psychologique en EHPAD, syndicaliste, porte-parole d’une grève de 117 jours

      Manuel Bompard 32 ans / Toulouse Ingénieur de recherche, coordinateur des campagnes de la France insoumise

      Younous Omarjee 49 ans / Saint-Denis (La Réunion) Député europé, enngagé pour les outre-mer, les océans et les animaux

      Emmanuel Maurel 45 ans / Ecouen Député européen, engagé contre l’évasion fiscale et pour le protectionnisme solidaire 2

      Marina Mesure 29 ans / Bruxelles Experte sur les questions sociales au sein d’une organisation syndicale européenne du BTP

      Farida Amrani 42 ans / Évry Fonctionnaire territoriale de catégorie C, syndicaliste, candidate aux législatives face à Manuel Valls

      Laurence Lyonnais 39 ans / Frasne Agent de développement local et de valorisation d’espaces naturels protégés - Militante associative altermondialiste et éco socialiste en milieu rural

      Pascale Le Néouannic 54 ans / Montpellier Fonctionnaire territoriale, militante pour la laïcité et l’égalité des droits pour les LGBTQI+

      Gabriel Amard 51 ans / Lons-le-Saunier Formateur, auteur d’ouvrage sur l’eau et les lobbies Co-président d’une association d’usagers

      Bernard Borgialli 46 ans / Marseille Conducteur de TER, syndicaliste, engagé dans la grève des cheminots

      Benoit Schneckenburger 46 ans / Lyon Philosophe, militant pour la laïcité et contre l’extrême-droite, engagé pour la cause animale

      Thomas Guénolé 36 ans / Paris Politologue insoumis, auteur de « Antisocial : la guerre sociale est déclarée » 3

      Manon Le Bretton 41 ans / Mireval-Lauragais Enseignante en collège, engagée en milieu rural pour la promotion des circuits courts

      Evelyne Becker 56 ans / Amiens Militante syndicale, engagée dans la lutte de l’usine Goodyear

      Catherine Coutard 57 ans / Montélimar Médecin urgentiste, engagée pour une République sociale Céline Boussié 43 ans / Agen Aide médico-psychologique, lanceuse d’alerte

      Sergio Coronado 48 ans / Paris Ancien député écologiste, engagé dans la lutte contre les lobbies

      Frédéric Viale 53 ans / Paris Militant altermondialiste, auteur de plusieurs livres critiques sur les accords de libre-échange

      Matthias Tavel 31 ans / Le Mans Urbaniste au chômage, auteur de « Insoumis, en Europe aussi ! »

      Philippe Juraver 58 ans / Chilly-Mazarin Conducteur de RER retraité, responsable de l’espace des luttes 4

      Céline Léger 41 ans / Aumetz Assistance sociale, engagée dans les luttes contre les inégalités et injustices sociales

      Sophie Rauszer 31 ans / Corsaint Collaboratrice au Parlement Européen, engagée dans la lutte contre les lobbies et pour une Europe de la paix

      Jeanne Chevalier 28 ans / Paris Cadre administrative, militante associative culturelle

      Prune Helfter-Noah 41 ans / Marseille Juriste, représentante syndicale, militante associative dans l’éducation populaire

      Sébastien Delogu 31 ans / Marseille Ancien taxi, militant des quartiers populaires, initiateur de la rénovation de l’école à Marseille

      Romain Dureau 24 ans / Clermont-Ferrand Agronome, militant éco socialiste, défenseur d’une agriculture écologique et paysanne

      Landry Ngang 19 ans / Saint-Denis Étudiant, militant des quartiers populaires

      Julien Poix 33 ans / Lille Syndicaliste enseignant, animateur de l’espace des luttes Hauts-de-France 5

      Carole Mare 33 ans / Toulouse Fondatrice d’une association pour la condition animale, engagée dans la lutte contre les lobbies

      Marie-Laure Darrigade 43 ans / Agnetz Educatrice spécialisée, militante des droits des personnes en situation de handicap

      Nadege Montout 40 ans / Lamentin Infirmière en milieu hospitalier, syndicaliste Nathalie Bourras 51 ans / Bonifacio Apicultrice, syndicaliste agricole

      Rhany Slimane 33 ans / Montpellier Entrepreneur, cadre d’une association d’éducation populaire

      Mauricio Garcia-Pereira 49 ans / Limoges Lanceur d’alerte, ancien employé dans un abattoir, auteur de «Ma vie toute crue»

      William Martinet 30 ans / Paris Formateur dans le numérique éducatif, ancien président d’un syndicat étudiant

      Jim Delémont 21 ans / Saint-Gildas-des-Bois Etudiant, militant contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

      Karine Varasse 46 ans / Fort-de-France Militante associative, engagée dans les luttes contre le racisme et l’utilisation des pesticides

      Marie Duret-Pujol 36 ans / Bordeaux Maîtresse de conférences en études théâtrales, engagée dans des associations culturelles

      Magali Waechter 49 ans / Parentis-en-Born Aide à domicile pour l’entretien de jardin, engagée pour la transition écologique

      Malika Haddad 48 ans / Lyon Juriste spécialisée dans le droit de la non-discrimination

      Laurent Thérond 55 ans / Ménerbes Viticulteur, porte-parole départemental d’un syndicat agricole, vice-président d’une coopérative d’agriculteurs

      Kamel Bendjeguellal 40 ans / Gardanne Chauffeur poids lourd en intérim, responsable du journal Fakir dans les Bouches-du-Rhône

      Pierre-Edouard Pialat 28 ans / Limoges Technicien, engagé dans les luttes en milieu rural

      Serge Buchet 62 ans / Rochefort-en-Terre Sapeur-pompier retraité, militant de la protection animale 7

      Paméla Hocini 37 ans / Garges-lès-Gonesse Juriste chargée de l’indemnisation des victimes et syndicaliste

      Karin Fischer 46 ans / Meung-sur-Loire Enseignante-chercheuse en études irlandaises et britanniques, syndicaliste pour la défense du service public de l’université

      Edith James 39 ans / Nantes Animatrice dans le domaine du soutien à la parentalité

      Elisabeth Chavanne 58 ans / Rennes Aide-soignante, engagée dans le soutien des personnes sans-papiers

      Jean-Marie Brom 65 ans / Mundolsheim Physicien, directeur de recherche au CNRS, militant écologiste pour les énergies renouvelables et anti-nucléaire

      Eric Degenne 51 ans / Amboise Cheminot, responsable syndical, militant pour la défense des services publics

      Gaëtan Escorbiac 29 ans / Villefranche-de-Rouergue Responsable syndical, leader d’une grève de 213 jours dans la restauration rapide

      Paul Zilmia 27 ans / Roubaix Militant associatif dans les quartiers populaires 8

      Laëtitia Pison 31 ans / Aubervilliers Professeur des écoles pour les enfants primo-arrivants

      Elisabeth Jutel 37 ans / Mauléon Auteur-compositeur-interprète, militante éco socialiste ayant à cœur la transition du modèle agricole

      Catherine Poggi Aubry 63 ans / Saint-Raphaël Journaliste retraitée, bénévole pour l’aide aux sans-abris, en lutte contre le Rassemblement National à Fréjus

      Laure Manesse 32 ans / Reims Conseillère principale d’éducation - Militante éco socialiste

      Philippe De Laporte 54 ans / Châtelaillon-Plage Magasinier, engagé pour le droit au logement et dans les luttes contre les marchands de sommeil

      Alain Dontaine 60 ans / Meylan Enseignant universitaire, engagé contre la loi de sélection à l’université

      Gilles Reynaud 52 ans / Donzère Salarié de la sous-traitance du nucléaire sur le site du Tricastin, militant anti-nucléaire

      Jean-Louis Boutevin 60 ans / Commensacq Régisseur scène de spectacle, militant syndical 9

      Inès Muriot 25 ans / Font-Romeu-Odeillo-Via Chargée de communication dans le domaine culturel, engagée pour l’accès à la culture

      Julie Garnier 35 ans / Fontenay-Trésigny Responsable du Centre National des Arts et Métiers à Saint-Denis, militante écologiste

      Anne-Sophie Ligniert 40 ans / Balinghem Enseignante en lettres modernes, engagée dans la lutte contre les lobbies Christine

      Piguel-Coutard 62 ans / Vannes Contrôleur principal DDFIP, en lutte pour la défense des services publics

      Nicolas Guillet 46 ans / Le Havre Maître de conférences en droit public, engagé pour l’inclusion des élève en situation de handicap

      Thomas Champigny 33 ans / Anduze Ingénieur dans l’industrie aérospatiale, militant du logiciel libre et de la solidarité internationale

      Yannick Bedin 48 ans / Bourges Enseignant en histoire-géographie et cinéma audiovisuel, engagé pour l’accès aux savoirs et à la culture.

      Anthony Gratacos 33 ans / Moussy-le-Neuf Chef d’entreprise, en lutte contre la casse du Code du Travail 10

      Sonia Naffati 31 ans / Mougins Employée de banque, engagée pour l’harmonisation fiscale

      Murielle Kosman 37 ans / Caen Orthophoniste, engagée pour l’accès aux soins garanti pour toutes et tous

      Astrid Morin 49 ans / Bolbec Militante écologiste - fondatrice de l’association l’abeille écolo

      Isabelle Michaud 47 ans / Joigny Aide-soignante à domicile, militante associative, syndicaliste

      Eric Lytwyn 50 ans / Artix Sapeur-pompier, militant écologiste

      Julian Augé 31 ans / Annecy Conférencier gesticulant et formateur en éducation populaire, engagé pour l’implication citoyenne dans la lutte contre l’oligarchie

      Christian Benedetti 60 ans / Gentilly Metteur en scène, acteur et directeur de théâtre

      Jean-Luc Mélenchon 67 ans /Paris Président du groupe la France insoumise à l’Assemblée Nationale

      Charlotte Girard 44 ans / Sainte-Geneviève-des-Bois Responsable du programme de la France insoumise

      Liste disponible : lafranceinsoumise.fr/app/uploa…andidat%C2%B7e%C2%B7s.pdf




      5) Liste Europe écologie les verts (EELV)

      • Au 26 mars 2019, dans selon un sondage Ifop, la liste EELV pour les européenne était crédité de 8% des intentions de vote.

      • La tête de liste EELV, est Yannick Jadot eurodéputé sortant. EELV compte aujourd’hui 6 eurodéputés, dont 2 qui ne se représenteront pas (José Bové et Eva Joly) et Pascal Durand qui se représente sur la liste Renaissance.
      • Le « plan d’action des écologistes pour l’Europe » s’intitule : Qu’est-ce qu’on attend pour tout changer, est parue fin mars. Il s’articule autour de 5 grands axes :
        • 1. Adopter un traité environnemental et promouvoir le protectionnisme vert pour faire de l’écologie la priorité de l’Europe ;
        • 2. Créer une banque européenne du climat et de la biodiversité et développer un plan d’investissement massif pour sauver le climat ;
        • 3. Mettre les paradis fiscaux hors de l’Europe et garantir le droit à l’Euro pour remettre la finance à sa place ;
        • 4. Une agriculture 100% BIO pour défendre les terroirs et protéger la qualité de notre alimentation ;
        • 5. En finir avec le pouvoir destructeur des lobbies et des technocrates pour rendre l’Europe aux citoyennes et aux citoyens.
      • Quelques éléments phare du programme EELV : Un traité environnemental européen qui fait de l'écologie la norme juridique supérieur. 50% du budget de l’UE pour lutter contre le changement climatique, et un grand plan d’investissement de 100 milliards €/an financer par la nouvelle « Banque européenne du climat et de la biodiversité ». Créer une taxe sur les transactions financières. Un plan européen de lutte contre la pauvreté (revenu minimum décent de la naissance à la fin de vie). Réformer la PAC en PAAC (Politique Alimentaire et Agricole Commune), avoir une agriculture 100% bio (30% bio en 2025). Une Constitution européenne (pour défendre et élargir les droits des femmes, des jeunes (droit de vote à 16ans), des réfugiés…). Création d’une Haute Autorité européenne de la Transparence (garantir l’indépendance des institutions). RIC européens.


      Display Spoiler


      La liste des candidats est disponible : pourleclimat.eu/les-candidat-e-s

      Et le manifeste d'EELV pour ces européennes : pourleclimat.eu/lemanifeste




      6) Liste Place Publique/ Partie Socialiste

      • L’alliance entre le PS et le groupement citoyen Place Publique officialisé mi-mars, est crédité de 5% des intentions de vote selon le sondage Ifop du 26 mars.
      • La tête de liste de cette alliance, est Raphaël Glucksmann, co-fondateur du mouvement Place Publique.
      • La liste des candidats, n’est pas encore finalisée et le programme n’est pas encore paru. Seule une liste des « 10 combats pour l’Europe écologique et sociale » est disponible sur le site internet dédié à la campagne (enviedeurope.eu/) :
        • 1. Faire passer les citoyens avant les lobbies ;
        • 2. Mettre la finance au service du climat, de la protection de la nature et de l’emploi ;
        • 3. Diminuer les factures d’énergie et accélérer la transition écologique ;
        • 4. Lutter contre la pauvreté et la précarité ;
        • 5. Produire une alimentation de qualité en protégeant la santé et le revenu des agriculteurs ;
        • 6. Défendre les services publics ;
        • 7. Protéger nos entreprises et nos emplois du libre-échange ;
        • 8. Mettre en place une fiscalité juste à l’échelle européenne et sanctionner le dumping fiscal ;
        • 9. Affirmer une solidarité européenne dans l’accueil des exilés ;
        • 10. Mettre en place un service européen de la jeunesse.
      • La proximité entre la liste EELV et Place Publique/PS et leur programme, risque de disperser les votes et de perturber les électeurs qui peuvent ne pas comprendre pourquoi ne pas faire une liste commune. Selon une étude parue le 7 avril, 64% des électeurs EELV et 82% des électeurs PS/Place Publique, pensent que le projet politique entre les 2 listes sont très proches (lci.fr/politique/sondage-elect…e-les-listes-2117693.html).


      Display Spoiler


      Les 6 premiers noms de liste :

      Raphaël Glucksmann - 39 ans - Paris

      Aurore Lalucq - 40 ans - Paris

      Sylvie Guillaume - 56 ans - Lyon

      Pierre Larrouturou - 55 ans - Paris

      Eric Andrieu - 59 ans - Villerouge-Termenès

      Nora Mebarek - 47 ans – Arles

      Liste des candidats : enviedeurope.eu/




      7) Liste « Amoureux de la France » (Debout la France)

      • La liste « Amoureux de la France », est créditée de 5% des voix selon le sondage Ifop du 26 mars.
      • La tête de liste est Nicolas Dupont-Aignan, actuellement député à l’Assemblée Nationale. Au niveau européen, la liste de DLF, c’est allié au groupe parlementaire des Conservateurs et réformistes européens.
      • Nicolas Dupont-Aignan, prône une renégociation des traités européens.
      • Le projet de la liste de NDA, est en ligne amoureuxdelafrance2019.fr/#projects, le projet européen est divisé en 8 parties :
        • Civilisation ;
        • Environnement ;
        • Economie ;
        • Immigration ;
        • Coopération ;
        • Défense ;
        • Démocratie ;
        • Pouvoir d’achat.

      • Voici quelques propositions marquantes de son programme :
      • La liste Génération.s est créditée de 3% des voix au 26 mars, selon le sondage Ifop.
      • Le mouvement Génération.s compte 3 eurodéputées actuellement (Guillaume Balas et Isabelle Thomas, qui ont quitté le PS en novembre 2017, ainsi que l'ancien syndicaliste Edouard Martin).
      • La tête des listes est Benoît Hamon.
      • Sur le plan national, les alliances envisagées avec EELV, le mouvement Place Publique, le PCF, n’ont pas aboutis. Sur le plan européen, ils sont alliés au mouvement « Diem 25 », lancé par l’ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis.
      • Le programme de « Diem 25 »( diem25.org/programme-progressiste-pour-leurope/), qui n’est pas encore connus (il doit encore être voté par les militants), devrait s’articuler autour de 8 « piliers » :
        • 1. Transparence : introduction à une gouvernance transparente en Europe ;
        • 2. Réfugiés et migration ;
        • 3. Le New Deal européen : rationalisation de l'économie européenne ;
        • 4. Travail : travail, technologie, emploi et répartition des revenus au-delà du contrat capital-travail, revenu de base ;
        • 5. Transition écologique : imaginer un modèle économique et social post-capitaliste ;
        • 6. Une Constitution européenne : imaginer une constitution paneuropéenne démocratique et le processus qui peut y conduire ;
        • 7. Souveraineté technologique : démocratiser la technologie et l'innovation ;
        • 8. Vision pour la Culture.



      Display Spoiler


      Liste des candidats disponible :

      amoureuxdelafrance2019.fr/soutien




      8) Liste Génération.s

      • La liste Génération.s est créditée de 3% des voix au 26 mars, selon le sondage Ifop.
      • Le mouvement Génération.s compte 3 eurodéputées actuellement (Guillaume Balas et Isabelle Thomas, qui ont quitté le PS en novembre 2017, ainsi que l'ancien syndicaliste Edouard Martin).
      • La tête des listes est Benoît Hamon.
      • Sur le plan national, les alliances envisagées avec EELV, le mouvement Place Publique, le PCF, n’ont pas aboutis. Sur le plan européen, ils sont alliés au mouvement « Diem 25 », lancé par l’ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis.
      • Le programme de « Diem 25 », qui n’est pas encore connus (il doit encore être voté par les militants), devrait s’articuler autour de 8 « piliers » :
        • 1. Transparence : introduction à une gouvernance transparente en Europe ;
        • 2. Réfugiés et migration ;
        • 3. Le New Deal européen : rationalisation de l'économie européenne ;
        • 4. Travail : travail, technologie, emploi et répartition des revenus au-delà du contrat capital-travail, revenu de base ;
        • 5. Transition écologique : imaginer un modèle économique et social post-capitaliste ;
        • 6. Une Constitution européenne : imaginer une constitution paneuropéenne démocratique et le processus qui peut y conduire ;
        • 7. Souveraineté technologique : démocratiser la technologie et l'innovation ;
        • 8. Vision pour la Culture.



      Display Spoiler


      Liste des candidats :

      1- HAMON Benoît, Conseiller régional, Trappes, Yvelines

      2- SOILIHI Sarah, Doctorante en droit, Marseille, Bouches du Rhône

      3-BALAS Guillaume, Député européen, Enseignant, Paris

      4-THOMAS Isabelle, Députée européenne, Juriste, Saint-Malo, Ille et Vilaine

      5-AMOKRANE Salah, Cadre associatif, Toulouse, Haute Garonne

      6- SIVIGNON Françoise, Médecin, ancienne présidente de Médecins du Monde, Paris

      7- PLIEZ Eric, Dirigeant associatif, Paris

      8- BENMOKHTAR Sabrina, Etudiante en philosophie et psychologie, Caissière, Nancy, Meurthe et Moselle

      9- SERNE Pierre, Conseiller régional, Fonctionnaire territorial, Montreuil, Seine Saint Denis

      10- BATARAY Zerrin, Avocate en droit du travail, Roussillon, Isère

      11- PEYTAVIE Sébastien, Psychologue, Sarlat, Dordogne

      12- ACHERIAUX Corinne, Infirmière du service public, Conseillère municipale, Cébazat, Puy de Dôme

      13- VERITE Jérôme, syndicaliste dans le secteur des transports, Montbizot, Sarthe

      14- LUNDY Roxane, Ex SG de la délégation Génération.s au Parlement européen, Beauvais, Oise

      15- SAUBUSSE Stéphane, Proviseur adjoint de lycée professionnel, Conseiller départemental, Le Pian-Médoc, Gironde

      16- SLIMANI Laura, Chargée de mission dans le secteur associatif, Conseillère municipale et métropolitaine, Rouen, Seine Maritime

      17- POUZOL Michel, Chef de cabinet, Brétigny sur Orge, Essonne

      18- BRAUNS Alice, Paysagiste, Granville, Manche

      19- SAEIDI Arash, Chef d'entreprise dans l'hôtellerie restauration, Angers, Maine et Loire

      20- CHARAÏ Naïma, Coordinatrice programme médico-social, Conseillère régionale, Bordeaux, Gironde

      21- BENARD Alain, chargé de mission action sociale (CAF La Réunion), Saint-Denis, La Réunion

      22- BORDES Camille, Agricultrice, productrice d'huiles essentielles, Arlebosc, Ardèche

      23- OTSMANE Miloud, Agent de silo, Charnay les Mâcon, Saône et Loire

      24- LUCIANI Anne-Marie, Professeure d'anglais, Ajaccio, Corse

      25- CUNHA Joao, Diplomate de l'Union européenne, juriste en droits humains, Strasbourg, Bas-Rhin

      26- SOUM Ouassila, DGS, Maire-Adjointe, Saint Pierre des Corps, Indre et Loire

      27- RECHER Bastien, Urbaniste, Caen, Calvados

      28- MARIE Colette, Chargée de mission partenariats internationaux dans la fonction publique territoriale, Arras, Pas de Calais

      29- OKSANEN Atte, Chargé de mission, association des petites villes de France, Paris

      30- SAUTS Marie, Charpentière, Pouy de Touges, Haute Garonne

      31- TATON Laurent, Chef d'entreprise dans les technologies de l'information, Pérols, Hérault

      32- SCHMITT Claire Chahnez, Consultante organisations internationales spécialiste des processus de démocratisation, de l'égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, Eloise, Haute Savoie

      33- LIMOUSIN Laurent, Professeur de français, Varsovie, Pologne

      34- ALBERTI Fulvia, Réalisatrice et enseignante, Marseille, Bouches du Rhône

      35- LE GALL Gilles, Enseignant, Guyane

      36- VAZQUEZ Clémentine, Etudiante en droit-histoire, Cuisia, Jura

      37- VERRIERE Grégoire, Chargé de mission au département du Puy de Dôme, apiculteur et coordinateur des Jeunes Génération.s, Courgoul, Puy de Dôme

      38- BERNARD Nathalie, Cadre à l'international dans l'industrie, Marq en Baroeul, Nord

      39- GUILLEMET Thibaud, Enseignant, Maire de Thorigny sur Marne, Seine et Marne

      40- ECOFFET-CHARTIER Sarah, Ingénieure, Saint Nazaire, Loire Atlantique

      41- FONTAINE Lucien, Educateur, Amiens, Somme

      42- MCCARRON Sheila, Traductrice, Professeure de langues, Maire-Adjointe, L'Arbresle, Rhône

      43- DELMON-PLANTADIS Yann, Cadre de la fonction publique territoriale, Compreignac, Limousin

      44- RASSENEUR Emmanuelle, Urbaniste, Conseillère régionale, Maire de Gourlizon, Finistère

      45- LANDINI Damien, Ingénieur territorial, Reims, Marne

      46- CARNINO Danièle, Ingénieure retraitée, La Trinité, Martinique

      47- BILLORE-TENNAH Jean-Yves, Attaché territorial, Maire de Tôtes, Seine Maritime

      48- DUPRESSOIR Sophie, Photographe indépendante, photojournaliste, Strasbourg, Bas-Rhin

      49- BRON Paul, Retraité, Conseiller municipal, Grenoble, Isère

      50- TROCADERO Emmanuelle, Directrice d'association, Lorient, Morbihan

      51- MORTREAU Sébastien, Ouvrier, Conseiller municipal, Loire Authion, Maine et Loire

      52- LELANDAIS Sandrine, Conseillère en économie sociale et familiale, syndicaliste, Vire, Calvados

      53, BUISSON Morgan, Auto-entrepreneur dans le soutien scolaire, Villeneuve lès Avignon, Gard

      54- PAGAN Catherine, Secrétaire de rédaction (journaliste), Malakoff, Hauts de Seine

      55- KASNIK Jan, Etudiant, Dijon, Côte d'Or

      56- LEGRAND Océane, Etudiante, Châtellerault, Vienne

      57- MEYER Hugues, Doctorant, Metz, Moselle

      58- MAMAN Mariam, Conseillère en insertion socio-professionnelle, Paris

      59- QUEFFELEC Romain, Educateur spécialisé, Le Haut Corlay, Côtes d'Armor

      60- BOSLER Alice, Etudiante et apprentie dans le secteur des transports, coordinatrice des Jeunes Génération.s, Lyon, Rhône

      61- HUGOT Emmanuel, Astrophysicien, chargé de recherche CNRS, Marseille, Bouches-du-Rhône

      62- LANGLOIS Pauline, Conseillère indemnisation en assurance, Nantes, Loire-Atlantique

      63- BAGUEREY Sébastien, Consultant Affaires Publiques Handicap, Rennes, Ille-et-Vilaine

      64- RUSSO Mélanie, Professeure des écoles, Nice, Alpes-Maritimes

      65- MERY Serge, Retraité, Aude

      66- VACHEROT Marie, Cheffe de projet digital en agence de communication, Croissy-sur-Seine, Yvelines

      68- SENAC Fabienne, Cuisinière en collectivité territoriale, Auch, Gers

      70- AUBERT Karen, Sage-femme, Port-Louis, Morbihan

      79- MARTIN Edouard, Député européen, Président de la délégation Génération.s au Parlement Européen

      Liste des candidats : generation-s.fr/comite/mouveme…umise-au-vote-des-membres




      9) Parti communiste français

      • Crédité de 2% des voix au 26 mars selon le sondage Ifop.
      • La tête de liste pour les élections européennes est Ian Brossat.
      • Le PCF souhaite une alliance de la Gauche, mais en écartant un rapprochement avec LFI.
      • La campagne du PCF a été lancé pendant la fête de l’Humanité en septembre.
      • Le programme européen du PCF, s’intitule : « En Europe, l’humain d’abord, pas la finance ! ». Ce projet s’organise autour de 3 grands objectifs :
        • 1. Rompre avec l’UE libérale et porter une vision alternative de la coopération entre les peuples : au service des intérêts populaires et internationalistes.
        • 2. A partir de cette vision, travailler les convergences pour construire une liste porteuse de l'objectif « L’humain d’abord, pas la finance » et faire élire des députées communistes et de gauche, capables de défendre les intérêts populaires et de porter une autre voix de la France que celle de Macron ou de la droite LR et de l’extrême droite.
        • 3. Unir et renforcer les forces progressistes dans le Parlement européen autour d’axes politiques ouvrant des brèches dans la construction libérale de l’UE.
      • Voici quelques éléments du programme du PCF aux élections européennes de 2019 :
        • Pour la défense de l'environnement, plan d’investissement dans la transition énergétique et écologique. Pour une alimentation saine et une réforme de la PAC qui favorise l’agriculture paysanne.
        • Justice fiscale : lutte contre l’évasion et l’optimisation fiscale, lutte contre les paradis fiscaux, taxe sur les transactions financières et les GAFA, harmonisation des taxes sur les bénéfices des entreprises à un haut niveau.
        • mise sous contrôle démocratique et changement du rôle et des missions de la BCE.
        • une France qui s’affranchisse de l’OTAN, refuse le projet de défense européenne.
        • Pour une politique hospitalière à l'égard des migrantes en rupture avec l'Europe forteresse et contre la xénophobie, le racisme, l'antisémitisme, l'islamophobie et les discriminations.
      Display Spoiler


      Liste des candidats disponible :

      europedesgens.fr/vos_candidats




      10) L’Union des démocrates et indépendants (UDI)

      • Selon le sondage Ifop du 26 mars, l’UDI est crédité de 2% des voix.
      • L’UDI marque son indépendance avec la liste de la majorité présidentielle en faisant campagne de leur côté.
      • Le président de l’UDI, Jean Christophe Lagarde, sera la tête de liste et mènera la campagne de l’UDI pour les européenne 2019. L'ancienne ministre sarkozyste Nora Berra occupera la 2e place.
      • Le projet européen de l’UDI, s’organise autour de 5 grands axes :
        • Une Europe unie qui assure notre sécurité et protège nos frontières ;
        • Une Europe unie qui cesse d'être naïve face aux grandes puissances étatiques ou économiques ;
        • Une Europe unie qui favorise la justice sociale et fiscale ;
        • Une Europe unie qui devienne le premier continent vert ;
        • Une Europe unie plus démocratique et plus efficace.
      • Petit résumé de ce programme :
        • Création d’un « FBI européen », remplacer FRONTEX par une Agence Européenne des Migrations. Créer une cyber-armée européenne.
        • Règle de réciprocité pour l’ouverture des marchés publics.
        • Créer un taux minimum et maximum de cotisations sociales en Europe.
        • Pas de deals commerciaux avec des pays qui ne respectent pas l’Accord de Paris grâce à l’insertion de clauses de sauvegarde.
        • Un nouveau système de financement du budget de l’UE : fin des dotations des Etats. Mais une taxation des produits importés en Europe en fonction de leur impact carbone, une taxe sur les transactions financières à hauteur de 0,01%, l’attribution d’une fraction d’impôt sur les sociétés et la mise en place d’un système d’exemption de visa européen (sur le modèle américain de l’ESTA).
      Display Spoiler


      Liste des candidats disponible :

      les-europeens.eu/nos_candidats




      11) L’Union populaire républicaine (UPR)

      • L’UPR, crédité de 1,2% des voix à la date du 26 mars selon le sondage Ifop.
      • François Asselineau, président de l’UPR va mener la liste ouvertement pro-Frexit aux européennes de 2019.
      • Le programme de l’UPR, est de sortir la France de l’UE.



      12) Lutte ouvrière (LO)

      • Crédité de 1% des voix selon le sondage Ifop du 26 mars.
      • Nathalie Arthaud mènera la liste LO.
      • L’alliance avec le NPA n’a pas eu officiellement lieu, mais depuis l’abandon du NPA dans la course aux européennes (faute de financement), le leader du NPA a appelé à voter LO.
      • LO, souhaite l’avènement d’ « Etats-Unis socialiste d’Europe ». Et centrer la campagne la campagne sur le camp des travailleurs. lutte-ouvriere.org/sites/defau…opeennes2019_depliant.pdf
      • Crédité de 1% des voix selon le sondage Ifop du 26 mars.






      13) Les Patriotes

      • Florian Philippot, ancien membre du FN et député européen. Est la tête de liste de son propre mouvement pour les européennes 2019.
      • Il publie un livre-programme intitulé Frexit. UE : en sortir pour s’en sortir, dans lequel il donne le thème de son programme.
      • Le programme des Patriotes est assez proche de celui de l’UPR.
    • Joli topic, et merci pour les informations (même si je pense que tu vas en perdre beaucoup :D )


      Je répondrai plus tard.


      De mon point de vue personnel pour le moment, LREM est très en retard, mais a une base solide, ce qui lui permettra de s'en sortir.
      Nathalie LOISEAU n'est absolument pas faite pour être tête de liste, ils se sont mis une balle dans le pied...


      Néanmoins, le grand problème de ces élections, c'est "A quoi ça sert ?"

      Aujourd'hui, l'impression donnée est que ces elections sont inutiles, et que les eurodéputés ne servent à rien.
      Donc les FR s'en foutent.

      #TeamZeroTwo
    • @Tomlora, je voulais rajouter quelques trucs encore mais bon, ça faisait déjà bcp (et puis j'avais la flemme un peu mdrr), mais j'avais vus passer dans mes recherches une carte de l'abstention des jeunes aux européennes, j'aimerais bien la retrouver et là mettre c'était assez frappant :/

      Du coup, bah justement il faut pas confondre le rôle d'un député comme on a nous a l'Assemblée nationale, et le rôle d'un député européen. Ils n'ont pas les même fonctions.
      Ça veut pas dire que le député européen ne sert a rien, mais que comme pour n'importe quel élections, tu tire ta légitimité du nombre de personnes qui vont voter.
      Si aujourd'hui la commission a autant de pouvoir (et peu de contre pouvoir) c'est parce que justement peut de gens sont au courant déjà du fonctionnement de l'UE, du rôle de chacune des institutions.
      Dire que le parlement européen sert a rien, c'est quand même être a côté de la plaque. Aujourd'hui c'est le parlement européen qui décide ou non du budget de l'UE, qui valide les choix des membres de la commission (président et commissaires). Le parlement européen a le pouvoir de demettre une commission ou certains commissaires (comme le parlement nationale qui peut effectuer une motion de censure a l'encontre du gouvernement). La très grosse différence qui existe aujourd'hui entre notre parlement nationale et le parlement européen, c'est l'initiative législatives (le pouvoir de proposer des lois). Mais ça justement, c'est quelque chose que l'on retrouve dans quasiment tous les programmes aujourd'hui.

      C'est un peu un cercle vicieux en fait, l'histoire du parlement européen qui sert à rien. Les gens disent que ça sert a rien donc ils vont pas voter, mais parce qu'ils vont pas voter le parlement européen n'a pas assez de légitimité pour affirmer son rôle du coup il sert pas a grand chose...

      Même si depuis la création du parlement européen, il n'a jamais eu autant de pouvoir qu'en ce moment sur l'UE, aujourd'hui c'est le parlement qui désigne le président de la commission (d'ailleurs Macron et Merkel aimerait bien que se soit les chefs d'État qui décide cette fois).



      Les élections européennes en France pour moi c'est aussi un grand paradoxe. Les politiques n'arrêtent pas de nous dire que c'est Bruxelles qui imposent t'elle ou t'elle chose, ou qui bloque t'elle ou t'elle projet, mais que dès qu'il s'agit d'avoir une influence justement sur ce qui se passe là-bas a Bruxelles, on nous dit que sa sert a rien ? C'est quand même magnifique.
      On rejette la faute sur l'UE (d'ailleurs souvent a tord), on empêche le parlement européen de prendre ça place comme un réel organe de pouvoir et de décision (le parlement européen est essentiel a de trop rare occasion aujourd'hui, pour le vote du budget, du président de la commission, et pour valider ou non un traité international). Et tant que le parlement européen ne prendra pas plus de place dans la vie politique de l'UE, c'est la commission (=> qui fait ce que lui demande les chefs d'État et de gouvernement (souvent ce que veulent l'Allemagne et la France du coup)).

      The post was edited 1 time, last by thegunners ().

    • Totote wrote:

      Justement je profite de ce sujet car j'avais une question. Avec le nouveau report pour le BREXIT (31 octobre au plus tard) les anglais vont avoir des sièges ? Ils vont devoir votés ?

      Si quelqu'un a des informations sur ce sujet ça m'intéresse.
      Tu as tout compris.
      Ils vont devoir les faire et proposer par conséquent des candidats.
      C'est pour ça que l'UE était d'accord pour une limite jusqu'au 11 Avril....

      Cela désorganise totalement les partis (notamment en France) puisque la répartition des sièges va donc être établi différemment (ils s'étaient tous coordonnées pour le nombre de places avec le Brexit actif)

      Maintenant, je m'égare un peu du sujet, désolé Thegunners, mais vu que Totote s'intéresse à ce sujet, pourquoi pas en parler :

      A mon avis, concernant le Brexit, il est fort probable qu'ils vont demander à voter en masse aux élections européennes.

      Si le vote de masse a lieu, ils légitimeront probablement que cela veut dire qu'une grande partie de la population est encore impliquée dans l'UE, et que ça nécessite un nouveau référendum sur le Brexit (ou de rester dans l'UE car les mentalités ont changé à travers le nombre de votants :D )

      Je vois cela, gros comme une maison.
      #TeamZeroTwo
    • Le brexit est un sujet qu'on peut totalement aborder ici, étant donné que plusieurs partis propose un frexit, et que le brexit va avoir qu'on le veuille ou non une influence importante sur les européenne. Et encore plus maintenant avec le report jusqu'au 31 octobre !


      Et @Tomlora, si ça se passe comme ça je serais très content, mais a mon avis malheureusement ils sortiront quand même de l'UE.
      D'ailleurs Theresa may a encore dit hier soir que si les députés britannique acceptent l'accord avant le 22 mai, il y aura pas besoin d'aller jusqu'au 31 octobre, et comme bcp de député britannique ne veulent absolument pas qu'il y ait d'élections européenne, ça peut les pousser a voter l'accord de sorti.


      Après oui, la participation du RU, va chambouler pas mal de choses, une partie des sièges britannique avait été répartis entre différents pays (la France en avait récup 5). Du coup ça change pas mal de choses
    • thegunners wrote:

      Et @Tomlora, si ça se passe comme ça je serais très content, mais a mon avis malheureusement ils sortiront quand même de l'UE.
      Sauf qu'un référendum a été fait et que maintenant, il doit être respecter.

      On peut critiquer autant qu'on veut, tous les mensonges qui ont eu lieu autour et qui ont influencé pas mal de votants... On a la même en France aux élections présidentielles, et personne n'y crie scandale.

      Pourquoi ça devrait être différent ici ? il n'y a aucune raison :)
      #TeamZeroTwo
    • A mais tout a fait, d'accord avec toi, je suis pour que le résultat du référendum soit respecté, même si ça me fait pas plaisir.
      Ce qui doit être fait, n'est pas forcément ce que j'aimerais qu'il soit fait. Perso ça me ferais plus plaisir que le RU ne sorte pas de l'UE, mais en même temps ils doivent assumer leur choix.

      Mais je ne vois pas de quel mensonge tu parle aux élections présidentielles par contre ? (Mais on s'égare du sujet )
    • thegunners wrote:

      Mais je ne vois pas de quel mensonge tu parle aux élections présidentielles par contre ? (Mais on s'égare du sujet )
      Pour faire simple, qu'il y a rarement d'objectivité, les programmes politiques remplis de mensonges ou même des discours politiques.
      On pourrait citer aussi LREM qui sont de plus en plus impliqués dans des affaires de fake news pour qu'on vote pour eux aux européennes, présidentielles ou vis-à-vis des GJ (mais ça, c'est encore un autre truc qui n'a rien à voir avec un vote ^^).

      Là on s'égare, donc j'arrête ici :D

      Disons qu'au RU, ce genre de phénomènes (fake news / mensonge) ont beaucoup plus fait parler qu'en France.
      #TeamZeroTwo
    • thegunners wrote:

      Sinon @Tomlora tu a regardé le débat de la semaine dernière avec les têtes de liste aux européennes ? :D
      Tant que je n'aurai pas trouvé d'intérêt à ses élections, je ne les regarderai pas.

      Tout simplement parce que je ne vois pas ce que nos eurodéputés nous ont apporté / défendus aujourd'hui.

      Si je dois avoir une seule raison d'aller voter aujourd'hui pour un candidat, ce serait de voter CONTRE Macron pour exprimer mon mécontentement.
      Or, ça n'a rien à voir directement, hormis que si LREM termine premier, on va entendre Macron, Philippe ou Loiseau nous expliquer que ça confirme que leur direction est la bonne, et qu'une majorité de français les soutiennent, ce qui me donnerait une nausée à long terme.

      J'ai pas besoin d'écouter des débats politiques stériles pour faire ça, alors que jusqu'ici, on a jamais rien vu de ces élections européennes ... Et à par deux, trois personnes... Je ne les connais même pas ceux qui sont sensés être nos eurodéputés aujourd'hui.
      #TeamZeroTwo
    • Mais tu votes pas pour ce que les députés d'avant ont pus ou pas apporté, tu votes pour ce que les députés que tu vas élire vont pouvoir t'apporter dans le futur :/

      Si je dis pas de bêtises, sur chaque listes qui a été faite pour le moment il doit pas y avoir plus de 2 ou 3 noms par liste qui ont déjà été eurodéputés. Donc je vois pas du tout le rapport avec ce que les anciens ont fait ou pas fais :/
    • thegunners wrote:

      Mais tu votes pas pour ce que les députés d'avant ont pus ou pas apporté, tu votes pour ce que les députés que tu vas élire vont pouvoir t'apporter dans le futur :/

      Si je dis pas de bêtises, sur chaque listes qui a été faite pour le moment il doit pas y avoir plus de 2 ou 3 noms par liste qui ont déjà été eurodéputés. Donc je vois pas du tout le rapport avec ce que les anciens ont fait ou pas fais :/
      Justement.

      Quand tu votes pour les anciens... Et que leurs mandats arrivent à terme, et qu'ensuite tu te demandes ce qu'ils ont fait / apporté durant tout ce temps, et ben je serai incapable de te faire une liste de plus de 5.
      #TeamZeroTwo
    • Les verts veulent faire passer le droit de vote a 16 ans dans tous les pays de l'UE


      Si tu veux des choses que les eurodéputés ont fait, il y a le RGPD, l'interdiction des objets en plastique a usage unique (paille, couvert...)qui représente 70% des objets qui polluent les océans. Le rejet de l'accord de libre-échange avec les E-U. La fin des coût en itinérance pour les forfaits mobiles dans toutes l'UE. La directive sur les droits d'auteurs qui a été voté en mars.
      Je t'en ai cité 5 qui me paraissent importantes, après il y en a d'autre :)

      Et justement, je comprends pas ton raisonnement de les anciens "ont rien fait" du coup ça sert a rien de voter pour de nouveaux ?
    • Tomlora wrote:

      En parlant de ça, Hidalgo prévoit que les jeunes de 16 ans de 12 lycées parisiens pourront voter.
      Oep j'ai lu ça. Belle connerie qu'elle nous sort encore celle-là. Avant de faire voter des gosses qui pour la majorité en on rien à faire (pour rester politiquement correct) ils feraient bien de travailler à faire revenir aux urnes ceux ne votant plus (ou pas).

      Ah on me dit dans l'oreillette qu'on a déjà un début de solution (le vote blanc comptabilisé) mais qu'ils (inclure tous les politiciens) en ont rien à faire (pour encore rester politiquement correct).


      EDIT : @thegunners Je pense que son raisonnement c'est : la dernière fois j'ai été voté et ils ont rien fait (ou alors le peu fait ça n'a aucune influence sur nous donc on s'en fiche) et donc à quoi bon dépenser de l'essence (que l'Europe veut nous faire payer plus cher :D) pour aller voter pour des gens qui ne feront rien non plus.
    • thegunners wrote:

      Si tu veux des choses que les eurodéputés ont fait, il y a le RGPD, l'interdiction des objets en plastique a usage unique (paille, couvert...)qui représente 70% des objets qui polluent les océans. Le rejet de l'accord de libre-échange avec les E-U. La fin des coût en itinérance pour les forfaits mobiles dans toutes l'UE. La directive sur les droits d'auteurs qui a été voté en mars.
      Je t'en ai cité 5 qui me paraissent importantes, après il y en a d'autre
      Qu'on ait 10 ou 30 députés LREM ou bien 10 ou 30 députés RN, ces mesures seraient passés.

      Donc au final, mon vote influencera un nombre de places, mais pas les décisions prises.
      Et comme le dit @Totote, cela a très peu d'influence pour moi, car à part 2;3, on ne les voit jamais sur la scène médiatique, ni les actions qu'ils mènent.


      D'ailleurs, malgré le "non" de la France, les négociations de libre-échange avec les Etats-Unis ont repris hier.
      #TeamZeroTwo