XANTHUS - [LPA] Iluvatar (aka La Hyène) .Vs. EMPEROR [49-Kro] === ROUND 2 ===

    • 01-[Mythique]

    This site uses cookies. By continuing to browse this site, you are agreeing to our Cookie Policy.

    • XANTHUS - [LPA] Iluvatar (aka La Hyène) .Vs. EMPEROR [49-Kro] === ROUND 2 ===


      LA FLAMME DE L'INVINCIBLE

      RP by Nymphe Ydeil



      D’un coup de dents, il arracha une nouvelle bouchée du quignon de pain et s’employa à le mâcher le plus longtemps possible. La mixture rassise était infecte mais avait l’avantage d’être nourrissante. Autour de lui, ceux qui avaient glané quelques racines ou quelques fèves s’efforçaient de ramollir leurs quignons gris dans un bouillon aussi sommaire que peu ragoutant. Un peu plus loin, au pied de l’autel, celle qu’on appelait la Sibylle – sans doute parce qu’elle était plus bigote que tous les autres réunis –, distribuait sa propre ration aux enfants les plus démunis. Elle avait dû être jolie à une époque, mais fagotée de la sorte, trop maigre dans des vêtements rapiécés et trop grands pour elle quoique pratiques, elle était vieillie avant l’âge.

      Avec une pointe de colère et d’amertume, il se demanda ce qu’une femme comme elle avait pu vivre pour en arriver là. À la réflexion, il préféra ne pas y songer et chassa ses idées noires. Lorsque leurs regards se croisèrent, il détourna sciemment le sien et se leva. Il passa près d’elle et jeta dans son giron sa ration à peine entamée. Il ne se détourna pas lorsque son estomac vide cria sa protestation, ni lorsqu’il entendit la femme murmurer des remerciements dans sa langue natale, une langue si ancienne et vernaculaire qu’il pensait être le seul à en connaître encore l’existence. Il se refusa cette pointe de nostalgie lancinante qui cherchait à se frayer un chemin jusqu’à son coeur.

      Le pas lourd, en colère contre lui même, contre le monde entier, il s’engouffra dans l’escalier sud et en grimpa quatre à quatre les marches jusqu’aux étages supérieurs. Depuis longtemps, il n’y avait plus d’accès aux toits : les derniers bombardements avaient éventré le bâtiment et les appartements étaient pour la plupart détruits, les façades extérieures et les vitres pulvérisées par le souffle des explosions. Personne ne s’aventurait là, de crainte que les structures instables ne s’effondrent tout à fait. Mais il n’avait plus rien à perdre, ni ami, ni frère pour le pleurer, ni bien matériel à léguer. Il était seul et sa vie n’avait plus de valeur qu’à ses yeux.

      Son seul royaume désormais, c’était ces étages abandonnés, loin de la misère humaine et de l’air vicié des égouts où elle avait fait son nid. Ici il respirait, il pouvait y être lui-même, solitaire, mais en paix. En appui contre le mur en ruine, il contempla la ville qui se préparait pour la nuit, loin en bas. À la surface, les masses de la classe moyenne s’efforçaient d’oublier la pauvreté de ceux d’en dessous et l’outrageuse richesse de ceux du dessus. Pour rien au monde, il n’aurait échangé sa place dans les bas fonds pour la situation mitigée de cette classe qui tremblait de peur, écrasée entre celle qu’elle craignait de rejoindre un jour et qui pouvait l’assassiner dans son sommeil pour une bouchée de pain, et celle qu’elle espérait atteindre et qui pouvait l’écraser à tout moment à la faveur d’une décision politique. Au moins, lorsqu’on est au fond du trou, on ne peut pas descendre plus bas.

      Mais ce qui l’intéressait, lui, ce n’était pas cette masse insignifiante qui perd aussi vite qu’elle s’élève. Tant qu’à tuer pour vivre, sa cible était ailleurs. Du regard, il lorgna en direction des hauts quartiers. Depuis longtemps, le réseau électrique privilégiait ces secteurs. La majeure partie de la lumière de la ville était concentrée sur ces immeubles aux flèches implacables. Les néons éclatants, les enseignes colorées, tout criait la décadence et la démesure, jusqu’aux architectures extravagantes et aériennes qui dominaient le reste de la ville comme l’éclosion d’une fleur sublime au dessus d’un dépotoir. Toute la richesse était là, dans ces quartiers qu’il connaissait par cœur et qu’il haïssait de toute son âme. Un par un, il les détruirait ou mourrait, c’était là sa seule raison de survivre.

      Malgré le vent qui devenait glacial avec la nuit tombante, malgré la pollution qui lui piquait la gorge et le brouillard humide qui montait du sol et commençait à lui brouiller la vue, il demeura là, le regard rivé sur le halo lumineux de la ville, jusqu’à ce que la noirceur soit enfin totale et que les derniers ersatz d’électricité détournée aient quitté les quartiers pauvres. Alors il quitta les hauteurs de son refuge et redescendit vers les bas-fonds. À la faveur de la nuit, la plupart des réfugiés s’étaient dispersés, qui pour dormir, qui pour tenter de piller quelques ressources à la surface. Dans sa niche, il s’empara de son sac et de ses armes et gagna à son tour l’air libre.

      Lorsqu’il franchit la porte de l’immeuble, une silhouette se dressa sur son chemin. En temps ordinaire, il n’adressait la parole qu’à de rares élus et s’efforçait de ne nouer de contacts avec personne. Mais cette personne l’avait attendu, comme si elle avait su qu’il viendrait. Sourcils froncés, il resserra sa prise sur le cran d’arrêt qu’il dissimulait dans sa manche et plaça le mur dans son dos par mesure de sécurité. L’autre s’approcha et il reconnut enfin la silhouette de la Sibylle. Elle tendit le bras vers lui, s’empara de sa paume et fit deux choses qui le surprirent : elle y déposa d’abord ses lèvres, plus légères que l’aile d’un oiseau, puis un objet, dont la lourdeur, en comparaison, était presque brulante.

      Maime Iluvátar tír tye, murmura-t-elle.

      Puis elle s’éloigna. Avec un temps de retard, il referma ses doigts autour de l’amulette qu’elle lui avait confiée. Il n’avait pas besoin de la voir pour savoir ce qu’elle représentait : la flamme impérissable de l’Invincible. Un sourire étira sa lèvre. « Puissent les Dieux veiller sur toi, » avait-elle dit. Dans sa langue, bien sûr. Oui, il allait en avoir besoin. Ce soir, il allait se venger. Encore. Et il cognerait jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à cogner. Il en avait fait la promesse. Alors il se mit en route et plus rien ne le détourna de sa Destinée.




      Les flottes suivantes se sont rencontrées le : 17-05-2019 01:11:42


      Attaquant Iluvatar [LPA]
      Armes 200% - Bouclier 190% - Coque 200%
      ________________________________________________

      Petit transporteur 650.180
      Grand transporteur 8.000
      Destructeur 249.000
      Vaisseau de bataille 191.000
      Traqueur 80.000
      Chasseur léger 1.874.695
      Chasseur lourd 20.030
      Croiseur 671.518

      _________________________________________

      Défenseur EMPEROR [49-Kro]
      Armes 190% - Bouclier 190% - Coque 190%
      ________________________________________________

      Petit transporteur 200.000
      Grand transporteur 25.870
      Chasseur léger 1.214.696
      Chasseur lourd 50.000
      Croiseur 353.138
      Vaisseau de bataille 81.635
      Vaisseau de colonisation 28
      Recycleur 188.178
      Sonde d'espionnage 2.224
      Bombardier 28
      Destructeur 47.751
      Étoile de la mort 2.177
      Traqueur 80.233

      _________________________________________


      Après la bataille...

      Attaquant Iluvatar [LPA]
      Armes 200% - Bouclier 190% - Coque 200%
      ________________________________________________

      Petit transporteur 266.926 ( -383.254 )
      Grand transporteur 4.559 ( -3.441 )
      Destructeur 212.549 ( -36.451 )
      Vaisseau de bataille 160.940 ( -30.060 )
      Traqueur 68.108 ( -11.892 )
      Chasseur léger 769.720 ( -1.104.975 )
      Chasseur lourd 10.806 ( -9.224 )
      Croiseur 507.311 ( -164.207 )

      _________________________________________

      Défenseur EMPEROR [49-Kro]
      Armes 190% - Bouclier 190% - Coque 190%
      ________________________________________________

      Détruit !
      _________________________________________


      L'attaquant a remporté la bataille !

      L'attaquant remporte :
      2.076.935.261 unités de métal, 593.807.048 unités de cristal et 1.507.832.731 unités de deutérium

      L'attaquant a perdu un total de 18.219.246.000 unités.
      Le défenseur a perdu un total de 59.560.074.000 unités.
      Un champ de débris contenant 22.307.118.000 unités de métal et 13.465.716.500 unités de cristal se forme.
      L'attaquant remporte un total de 4.178.575.040 unités.

      Les chances de création d'une lune était de 20%.
      ________________________________________________

      L'attaquant a recyclé :
      11.281.203.500 unités de métal et 5.465.740.500 unités de cristal
      8.000.000.000 unités de métal et 8.000.000.000 unités de cristal

      L'attaquant a recyclé au total :
      19.281.203.500 unités de métal et 13.465.740.500 unités de cristal


      Résumé des bénéfices/pertes :

      Résumé des attaquants
      Métal: 10.020.055.761
      Cristal: 8.231.943.548
      Deutérium: 454.273.731
      L'attaquant fait un bénéfice de 18.706.273.040 unités.

      Résumé des défenseurs
      Métal: -35.353.088.261
      Cristal: -21.697.636.048
      Deutérium: -6.687.924.731
      Le défenseur a perdu un total de 63.738.649.040 unités.


      Powered by OGotcha Convertisseur de RC 4.2.0


      HRP by La Hyène :
      A ma toute nouvelle team
      Aux DWS toujours présents... enfin vous l'êtes encore?
      Aux copains inter univers qui me suivent de très loin
      1300 rps et rêves offerts à la communauté
      Plume enchantée * Plume ensanglantée
      M.N / L7N1 / L3N / ExiL

      Commandes de RP : ON

      The post was edited 1 time, last by Nymphe Ydeil ().